Pizza de potiron et Nergi

Depuis des temps très reculés il existe, dans n’importe quelle culture, la tradition d’offrir de la nourriture aux morts. Les Egyptiens, et non seulement, avaient l’habitude de mettre de la nourriture dans le tombeau de leurs morts pour qu’ils aient un rafraîchissement lors de leur voyage vers l’au-delà. Dans la communauté chrétienne de 835 après JC Grégoire le Grand déplaça la fête de la Toussaint du 13 Mai au 1er  Novembre. L’association étroite avec la fate des défunts fut établie le jour suivant, 2 novembre, seulement en 998 après JC.
Pour honorer les proches disparus l’on se déguisait en anges, saints et diables et l’on allumait des buchers. Pape Sixte IV, en 1474, rendit cette solennité obligatoire dans toute l’église d’occident.
La nourriture offerte aux âmes des défunts, qui reviennent de l’au-delà, le jour qui leur est consacré, devient le symbole des cadeaux qu’ils amènent du ciel et, en même temps, comme il était dans l’Egypte ancienne, le rafraichissement pour leur voyage.
C’était une habitude pour exorciser la peur de la morte et de l’inconnu.
Voilà la naissance d’une tradition culinaire consacrée à cette fête.
Aujourd’hui notre culture est nettement influencée par la culture américaine et non seulement et nos traditions sont peu à peu supplantées par les leurs. Désormais nous parlons de moins en moins de commémoration des défunts, mais nous fêtons Halloween.    
Or peu de gens savent que Halloween n’est pas une fête née an Amérique ; elle a des origines Irlandaises qui remontent au Celtes. Le nom Halloween est la forme contractée de All Hallow’s Eve qui signifie veille de la Toussaint.
Ce jour correspondait au Nouvel An celte (Samhain) qui, pour ce peuple de bergers, commençait le 1er Novembre quand les troupeaux étaient ramenés à la vallée à cause du froid imminent.
Le Samhain était une fête pour célébrer le début d’un nouvel an et la fin du beau temps et donc celui de la morte était un thème central de cet évènement.
La belle saison s’achevait, la terre cessait de produire des fruit en surface, mais quand même au sous-sol quelque chose naissait à nouveau. Selon les légendes, c’est à cette occasion que le Samahin appelait les esprits des morts et leur permettait de vagabonder sur la Terre en mélangeant le monde des vivants avec celui des défunts, dans une atmosphère à mi-chemin entre fête et terreur, entre peur et joie.
Le nuit du 31 Octobre les Celtes allumaient des buchers dans les bois, ils portaient des masques et il faisaient des sacrifices d’animaux, puis ils vagabondaient avec des lanternes en s’habillaient avec les peaux des animaux sacrifiés pour effrayer les esprits et les obliger à retourner sous la terre. 


LES PHOTOS ET TEXTES PUBLIÉS SUR CE SITE SONT FOURNIS PAR L'AUTEUR ET SONT PROTÉGÉS PAR LA LOI SUR L'AUTEUR (633/1941) ET LES CHANGEMENTS RÉUSSIS. COPYRIGHT © 2010-2050 TOUS DROITS RÉSERVÉS À IL POMODORO ROSSO DE MARIA ANTONIETTA GRASSI

Ingrédients pour un moule de 24/26 cm.

200 g  farine complète de blé dur moulue sur pierre
100 g farine 00
15 g levain démarreur deshydraté ou 7 g levure de bière
100 ml eau tiède (max 37°C)
1 petite cuillère de miel
250 g potiron
150 g salami
150 g fromage gorgonzola doux et souple
140 g baby-kiwi Nergi
Huile d’olive extra-vièrge (à discrétion)
Herbes de Provence (à discrétion)
Sel (à discrétion)

Préparation
Couper le potiron en tranches épaisses environ 2 cm tout en gardant l’écorce.

Mettre le potiron dans un lèchefrite revêtu avec papier sulfurisé, pulvériser des herbes fines (thym, marjolaine, basilic) et le sel fin, arroser avec un filet d’huile et mettre dans le four pour 25 minutes à  200°C.


Une fois cuite, éliminer l’écorce et broyer avec une fourchette (non mixeur).
Dans un bol mélanger les farines avec la levure, ajouter le potiron et lentement l’eau, pétrir jusqu’à obtenir une pâte souple (s’il est nécessaire ajouter encore un petit peu d’eau tiède si la pâte est trop dure ou de la farine si elle est trop souple. La consistance de la pâte dépend de la quantité d’eau présente dans le potiron), élargir la pâte et ajouter deux cuillères d’huile, le sel et pétrir. 



Laisser monter à l’abri de courants d’air jusqu’au doublement du volume, puis graisser une plaque de cuisson et déposer la pâte, élargir la pâte en partant du centre vers les bords du moule, appuyer fermement avec les bouts des doigts et arroser avec un peu d’huile. Couvrir et laisser monter pour une heure. 



Répartir sur le gorgonzola et sur les tranches de salami. Couvrir et relancer pour une autre heure.



Mettre dans le four (préchauffé a 200°C) et laisser cuire pour 20/25 minutes.
Entretemps laver les Nergi et couper en petites tranches.
Sortir la pizza, distribuer au-dessus les tranches de Nergi et servir.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...